Saint Ménas, soldat et martyr : sa vie, ses miracles, son sanctuaire

de Seyna Bacot


Le présent ouvrage est consacré à la vie et aux miracles d’un des saints les plus honorés de l’Égypte, saint Ménas. Ce soldat de noble naissance fut martyrisé en Phrygie lors des persécutions ordonnées par l’empereur Dioclétien et ses successeurs.

C’était le 11 novembre 309, selon une antique tradition égyptienne. Son tombeau attira rapidement les pèlerins en foule, les miracles s’y succédèrent. Le modeste édifice, dit martyrion, construit sur le lieu même de son martyr, fut vite agrandi, entouré de basiliques, de monastères et de toute une ville, Abu Mina, avec hôtelleries, marchés et hospices pour accueillir les pèlerins. Les fouilles archéologiques des XXe et XXIe siècles ont rendu à la vie ces nombreux édifices.

Par ailleurs, quatre manuscrits en langue copte sahidique, à l’écriture et aux ornements soignés nous ont transmis les détails de sa vie et de ses miracles.

Le culte de saint Ménas se répandit rapidement à travers l’Égypte. De nos jours encore, les pèlerins peuvent se rendre à Abu Mina et vénérer le saint martyr dans le monastère actuel, érigé en 1959 par le patriarche Cyrille VI. Ce site est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Nous savons que le culte du saint se répandit bien au-delà des frontières de l’Égypte, et jusqu’en Gaule. Deux églises de la Drôme et de la Haute-Garonne possèdent toujours vitraux et statues représentant le martyr.

Les fameuses ampoules à eulogie que nous pouvons admirer dans nos musées sont les témoins de l’universalité de ce culte. Ces modestes gourdes de terre cuite représentaient saint Ménas entouré de deux chameaux, faisant ainsi mémoire de son séjour en ermite au désert. Les pèlerins y recueillaient un peu de l’huile des lampes qui illuminaient jour et nuit la tombe du saint. Ils les rapportaient dans leur lointain pays et contribuaient ainsi à la diffusion de son culte.


Ce livre réunit douze des miracles de saint Ménas. Dix d’entre eux sont présentés pour la première fois dans leur traduction française. Une introduction à ces textes permet de les replacer dans leur contexte géographique, historique, artistique. Elle voudrait faire apprécier au lecteur la vivacité des descriptions, la saveur des dialogues, et la profondeur du sentiment religieux des pèlerins de cette époque. Elle tente enfin de souligner l’importance du culte des martyrs dans l’Égypte des premiers siècles.


Posts récents

Voir tout
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now